Partir de chez soi – Pépite de Brigitte

Puisque cette année, les vacances ne rimeront pas avec départ vers de lointaines destinations exotiques, je vous propose de découvrir le voyage insolite de Sébastien de Fooz dans sa propre ville. De quoi vous donner l’envie de comprendre le voyage autrement car il commence à côté de chez soi si on est prêt à « changer de regard, s’ouvrir à l’inattendu », sous-titre de cet ouvrage…

Partir chez soi – S. de Fooz – Racine

Après Jérusalem, Rome et Saint-Jacques, entre autres périples pédestres, l’auteur devenu mari et père décide cette fois d’explorer ce qui l’environne au quotidien. Il décide donc de vivre l’aventure au coin de la rue et de partir à la rencontre de sa ville et de ses habitants par une marche de 30 jours sans s’arrêter chez les amis ou rentrer dormir chez lui. Pas de direction précise, suivre la route de nulle part, la route de l’instant. Sillonner une ville qu’il connaît « par cœur » pour la redécouvrir « par le cœur ». Sa destination : la rencontre ; son but : « (…) nourrir un regard bienveillant sur chaque être croisé en cours de route, d’où qu’il vienne, quel qu’il soit, le bénissant intérieurement. Juste pour observer ce que cela suscite dans le lien, si tenu soit-il, ou même l’absence de lien, et vérifier vers où cela mène. »

De la forêt de Soignies à l’hyperurbanisation, des quartiers les plus riches aux plus pauvres, du SDF à la paroissienne aisée, de l’église à la mosquée, du squat à la villa cosy, de l’hébergeur enthousiaste au refus d’ouvrir sa porte, du sourire gratuit à la colère inattendue mais révélatrice, ses journées et ses nuits seront autant d’occasions de se laisser déranger, déstabiliser, désorienter et de lâcher prise pour accueillir ce qui vient. Ce qui sera parfois très inconfortable et s’apparente, selon l’auteur, à un combat spirituel : « Comment garder confiance lorsqu’on n’est pas le bienvenu et lorsqu’il n’y a pas de cap ? » Comment résister à l’envie d’ériger des murs, de retomber dans ses conditionnements et ses idées reçues ? Comment trouver la force de continuer à être dans la gratitude et la bienveillance ?

« Mariage subtil entre perception et ressenti, l’acte de marcher devient prière lorsqu’on associe à ce « mariage » bienveillance, non-jugement ou bénédiction. (…) A force d’appréhender avec un regard neuf et non jugeant ce qui nous entoure et en bénissant ceux qui composent notre environnement, nous nous libérons de ce qui fait entrave à la joie profonde, l’inspiration, la créativité. Il y a une corrélation entre le paysage traversé et l’exploration de nos paysages intérieurs. »

Un voyage étonnant de Woluwé à Molenbeek, de Forest à Schaerbeek, qui nous fait (re)découvrir Bruxelles, cette ville qu’on pensait connaître. Un voyage surprenant qui nous montre qu’il n’est pas forcément nécessaire de changer de vie pour réinvestir son quotidien mais « simplement » de changer de regard…

L’auteur a réalisé un film sur son expérience et est disponible pour animer une soirée autour de son expérience.

Pour en savoir plus

Partir chez soi

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :